Patrimoine

A l’instar des autres communes du canton, Saint-évarzec conserve des témoignages d’une occupation préhistorique de son territoire : un certain nombre de menhirs se dressaient en différents sites de la commune, mais il ne subsiste que celui de Kerhuel, ainsi que le tumulus découvert à proximité du mégalithe.

Par la suite, Gaulois et Gallo-Romains ont laissé de nombreuses traces de leur présence : deux voies romaines traversaient le territoire actuel de la commune, reliant Quimper l’une à Rosporden, l’autre à Concarneau. Par ailleurs, les fouilles réalisées dans les ruines d’une villa romaine au Cavardy ont permis d’identifier des traces d’occupation antérieures à la période gallo-romaine.

Il faut attendre un millénaire pour retrouver trace de Saint-évarzec dans un inventaire des biens de l’ordre des templiers datant de 1182. Ceux-ci auraient possédé la terre du Mur qui appartient à la famille du même nom dès le xive siècle. La seigneurie du Mur, puis celle du Moustoir dominent l’histoire de Saint-évarzec jusqu’à la Révolution. En 1789, la commune est un temps rattachée au canton de Quimper-rural avant de revenir en 1800 à celui de Fouesnant.

Le pôle d’attraction des Varzécois semble être alors davantage Quimper que Fouesnant. Saint-évarzec est resté une commune à vocation principalement agricole.

La création des voies express Quimper-Brest et Quimper-Lorient y a cependant favorisé l’installation d’une zone industrielle en développement.

Four à pain
Les restes de ce four à pain datent vraisemblablement de l’époque de la chapelle primitive qui s’élevait entre le four et la fontaine. Saint-Philibert, Saint-Evarzec, France

Stèle du Mur
L’emplacement initial de la stèle, de même que les circonstances au cours desquelles elle fut coupée en deux, perdue puis retrouvée de part et d’autre du chemin du Mur, sont inconnus. Le bloc correspondant à la partie supérieure est creusé de cupules.
Saint-Evarzec, France

Château du Moustoir
D’après le chevalier de Fréminville, Le Moustoir serait une ancienne commanderie des chevaliers hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. « La maison principale, dit-il, construite dans le genre gothique de la fin du xiiie siècle, est environnée d’un rempart carré, bordé d’un parapet à mâchicoulis.
136, route de Concarneau, Saint-Evarzec, France

Penty
Cette construction est caractéristique de la région fouesnantaise : une porte centrale donne accès à un couloir qui dessert deux pièces, une cuisine d’un côté, une chambre de l’autre. Au fond du couloir, un escalier ou une échelle de meunier donne accès au grenier.
Saint-Evarzec, France

Chapelle Saint-Philibert
La dévotion à saint Philibert, très ancienne à Saint-évarzec, est sans doute un héritage des templiers qui avaient une grande vénération pour ce saint, invoqué par ailleurs pour les rhumatismes et les maux de ventre.
Saint-Evarzec, France

Fontaine Saint-Philibert
L’eau de la fontaine Saint-Philibert passe pour être un remède efficace contre les rhumatismes et les maux de ventre. La fontaine comprend des pierres armoriées désormais indéchiffrables. Elle pourrait dater de l’époque des templiers, qui auraient construit sur ce site un oratoire aujourd’hui disparu.
Mousterlan, Saint-Evarzec, France

Fontaine Saint-Primel
La fontaine Saint-Primel alimente un lavoir au bassin long et étroit, pavé de dalles régulières, et bordé d’un double muret maçonné. Elle est protégée par une structure maçonnée présentant une niche voûtée en plein cintre, qui abrite deux statuettes.
Saint-Evarzec, France

Article sur « Les deux fontaines du Cosquer »

Pierre tombale
Cette pierre tombale est coupée en deux dans le sens de la longueur. La tête a disparu, les détails des sculptures se sont estompés, ce qui rend sa datation difficile, même si la forme de l’écu en pointe semble indiquer le xiiie siècle.
Eglise Saint-Primel, Saint-évarzec, France

Saint Primel
Le patron de l’église saint Primel, prêtre et ermite du vie siècle, se serait établi dans une forêt des environs de Châteauneuf-du-Faou. Infirme, il bénéficiait d’une grande réputation de sainteté et saint Corentin venait recevoir ses conseils spirituels.
Eglise Saint-Primel, Saint-évarzec, France

Four à pain de Cosquer-Vihan
Les cinq fermes du village possédaient leur four, et chacun était utilisé à tour de rôle. Celui-ci est le seul qui soit conservé. Doté, à la base, d’une niche profonde destinée à recueillir les cendres, il s’ouvre dans le ti-forn, la maison du four, précédé d’une vaste cheminée.
Maison de Cosquer-Vihan, Saint-évarzec, France

Porte du logis de Cosquer-Bras
La porte du logis de Cosquer-Bras est décorée de sculptures sur les jambages et le linteau, tels un crucifix d’autel et ce qui est probablement une fleur de lis. Le linteau arrondi porte une tête au front démesuré, aux yeux globuleux dans des orbites très creuses et au bas du visage fuyant.
Cosquez-Bras, Saint-Evarzec, France

Chapelle Sainte-Véronique
La chapelle dédiée à sainte Véronique a remplacé un autre édifice religieux placé au même endroit, sous le même vocable. Bien que cette première chapelle ait disparu, les fidèles « de la paroisse et de presque tout l’arrondissement » continuaient à venir presque quotidiennement sur les lieux « pour invoquer la Véronique et obtenir par son intercession la guérison de leurs infirmités, de leurs maladies corporelles, celle de la fièvre principalement ».
Saint-Evarzec, France

Ancienne école
La loi de 1881 prévoyait la création d’une ou plusieurs écoles dans chaque commune. Saint-évarzec possédait déjà une petite école publique, construite en 1851 ; le bâtiment, mesurant 8 mètres sur 5, recevait en 1883 une institutrice et 70 élèves.
Saint-Evarzec, France

Vitrail
L’actuelle chapelle Saint-André a remplacé un édifice plus ancien, annexe du manoir du Treff, et dont elle a bénéficié d’une partie des matériaux puisqu’une fenêtre du xiiie siècle a été réemployée à son chevet.
Chapelle Saint-André, Saint-évarzec, France

Ensemble statuaire
Dans ce groupe, un ange adorateur est aisément reconnaissable, mais le personnage qui l’accompagne et la signification de l’ensemble restent inconnus.
Chapelle Saint-André, Saint-évarzec, France

Saint Eloi
Cette représentation originale de l’évêque de Noyon se rattache à son statut de protecteur des chevaux. Le pardon des chevaux du Dréau a lieu le deuxième dimanche de juillet. Les animaux sont bénis, et leurs cavaliers laissaient auparavant en offrande des touffes de crin de leur monture.
Chapelle Saint-André, Saint-évarzec, France

Penty
Cette construction est caractéristique de la région fouesnantaise : une porte centrale donne accès à un couloir qui dessert deux pièces, une cuisine d’un côté, une chambre de l’autre. Au fond du couloir, un escalier ou une échelle de meunier donne accès au grenier.
Saint-Evarzec, France

échauguette
Cette tourelle, dite à cul de lampe ou nid d’hirondelle, est disposée dans l’un des angles du château.
Château du Moustoir, Saint-évarzec, France

Bannière
Cette bannière représente, sur une face la Sainte Famille, sur l’autre, Notre-Dame de Lourdes. Elle a été offerte au cours de la Première Guerre mondiale par les « Mères chrétiennes de Saint-évarzec » pour le salut de leurs enfants.
Eglise Saint-Primel, Saint-évarzec, France

Vestiges de villa
Il ne subsiste de la villa romaine de Cavardy qu’un pan de mur soutenu par des contreforts. Le site a été fouillé à plusieurs reprises depuis le milieu du xixe siècle, faisant apparaître les vestiges de trois bâtiments dont l’un présentait une façade de plus de 25 mètres de long.
Le Cavardy, Saint-Evarzec, France

école Saint-Louis-de-Gonzague
La contribution morale et financière de la famille Dumarnay a donné à la paroisse de Saint-évarzec des moyens pédagogiques exceptionnels, comparés aux communes voisines : après l’ouverture de l’école Saint-Augustin en 1881, elle finance la construction de l’école Saint-Louis-de-Gonzague, ouverte le 14 septembre 1894 et rassemblant 97 élèves, sous la direction du frère Donan Bernard.
Saint-Evarzec, France

église Saint-Primel
L’église actuelle a remplacé un édifice antérieur situé, selon la tradition orale, sur l’emplacement d’un oratoire oû saint Primel, disciple de saint Corentin, venait faire retraite. Bâtiment de plan rectangulaire, le sanctuaire paroissial comprend une nef de cinq travées avec bas-côtés et un ch’ur terminé par deux murs de refend et un chevet plat.
Saint-Evarzec, France

Châsse-reliquaire
Le reliquaire proprement dit est en forme de clou et contiendrait une parcelle d’un clou de la Passion. Il porte en relief un crucifix et une inscription : « De sancto clavo » accompagnée de l’identité du donateur, Yves de Lohéac, recteur de Saint-évarzec.
Eglise Saint-Primel, Saint-évarzec, France

Statues
Ce groupe de trois petites statues provient d’un ancien retable de l’autel du Rosaire. Il représente une Vierge à l’Enfant, saint Dominique et sainte Catherine de Sienne.
Eglise Saint-Primel, Saint-évarzec, France

Porte du château
Le château a conservé, outre ses deux lucarnes gothiques, des éléments architecturaux de type militaire et médiéval. La cour est fermée à l’ouest et au sud par une enceinte pseudo-fortifiée, avec mâchicoulis postiches courant sur la galerie qui surplombe cette porte en plein cintre, ornée d’un écu muet.
Château du Moustoir, Saint-évarzec, France

Chapelle Saint-André
La chapelle du Dréau est dédiée à saint André et à saint éloi. La dévotion à saint André, qui préserve de la coqueluche, fait l’objet d’un pèlerinage le deuxième dimanche de juillet. Les parents venus protéger leurs enfants de la maladie donnent au saint, en remerciement de son intercession, des poules, blanches de préférence.
Le Dréau, Saint-Evarzec, France

Récapitulatif du patrimoine culturel de la commune

L’histoire du Moulin Blanc

Articles similaires

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer